Français English Deutsch Nederlands 

Fort l'Ecluse 1815

Nous sommes à la fin du mois de mars 1815.

L'Empereur est revenu de l'Ile d'Elbe au mois de mars 1815 et a repris le contrôle de la France en quelques semaines. Louis XVIII s'est enfui à Gand et les puissances alliées ont juré de ne pas déposer les armes avant d'avoir, de nouveau, abattu Napoléon. La reprise de la guerre est inévitable et l'on ordonne la création de corps-francs dans toutes les régions frontalières.

Le département de l'Ain, et le pays de Gex en particulier, sont concernés par ces préparatifs, une arrivée des troupes autrichiennes par le territoire suisse, comme en 1814 étant attendue. Le fort de l'Ecluse, passage obligé pour les troupes venant de Genève, a bénéficié de travaux au cours des derniers mois afin de mieux protéger ses abords et est approvisionné pour plusieurs mois.

Au mois de mai 1815, le commandant Villetard de la Guérie a été nommé afin de prendre le commandement du fort dont la garnison sera constituée, pour l'essentiel, d'anciens soldats et de gardes nationaux. En conséquence, il est demandé à toutes les troupes d'infanterie, de cavalerie, d'artillerie, de marine, et du génie, ainsi qu'à tous les soldats et officiers d'actives, en congés, ou à la retraite de garnir le fort.

Une nouvelle journée commence au Fort l'Ecluse.

Aux quartiers des officiers, un soldat fait le service pour les officiers...

...qui profitent d'un bon petit déjeuner.

Les sous-officiers déjeunent aussi...

...mais une montagne de papiers à remplir est à faire!

Les soldats se lavent...

...ou bien patientent...

...pour passer chez le médecin de la place.

Une patrouille est envoyée dans les environs.

Le commandant de place, accompagné de son sergent-major, inspecte les défenses...

...Et ordonne de les consolider rapidement. 

La blanchisseuse de la place au travail.

La patrouille revient au fort...

...et la journée touche enfin à sa fin.

Le dimanche, c'est revue du travail des hommes...

...et de la propreté des quartiers.

Visiblement, des efforts sont encore à fournir.

Une dernière inspection rapide...

...avant l'arrivée du commandant de la place.

Les hommes sont plutôt bien équipés...

...et la revue peut désormais se terminer.

Le commandant passe un savon aux sous-officiers sur les défauts constatés...

...alors que le médecin de la place parle aux femmes de la place.



Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mercredi 6 décembre 2017